Plaidoyer des filles en vue de l’amélioration de l’accès aux services de Santé Sexuelle et reproductive dans les communes de Ziniaré, Zitenga et Nagréongo

Des filles du lycée Kombéolé dans la commune de Ziniaré et du lycée départemental de Nagréongo ont adressé un message de plaidoyer au Médecin Chef du district Sanitaire de Ziniaré en vue de l’amélioration de l’accès aux services de Santé Sexuelle et reproductive des adolescents/ adolescentes et jeunes. Ce plaidoyer réalisé avec l’appui des hommes ambassadeurs de bonnes pratiques en genre entre dans le cadre du projet de lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes par la responsabilisation des hommes des localités de Ziniaré, Zitenga et Nagréongo.

Ce projet est mis en œuvre par  l’Association D’appui et d’Eveil Pugsada en collaboration avec son partenaire technique et financier IAMANEH/Suisse, une Association internationale Suisse intervenant dans les domaines de la santé maternelle et infantile et les violences et genre.

Au cours du plaidoyer, les causes et conséquences du problème de santé sexuelle que vivent actuellement les filles ont été exposées ; et quelle ne fut pas l’émotion des participants eut égard au nombre élevé de grossesses relevées en milieu scolaire par les filles elles même au cours de l’année 2017 seulement dans la province de l’oubritenga.

 

Le plaidoyer fut aussi l’occasion pour les agents de santé, encadreurs et parents d’élèves présents, de prodiguer d’importants conseils aux filles.

C’est sur note de satisfaction que le plaidoyer des filles a pris fin avec la formalisation d’un engagement de collaboration entre le district sanitaire de Ziniaré et l’Association d’appui et d’éveil pugsada en vue de la mise en place d’un dispositif fonctionnel d’offre de service adapté aux besoins des jeunes filles et garçons dans les  centres de santé des localités de Ziniaré, Zitenga et Nagréongo.

Mission de suivi des activités

Projet « d’appui à l’autonomisation économique des filles/femmes des groupements de Kokologho et  Koudougou »

 

 

 

 

 

Une mission de suivi du projet, composée du Chargé de Programme du partenaire Carrefour International, ONG Canadienne, du Représentant pays du partenaire, du Coordonnateur et de la Chargée de Projet de l’ADEP, a effectué une visite aux groupements des femmes bénéficiaires de l’appui.

Cette mission a permis au partenaire de connaître les zones du projet, d’avoir un contact réel avec les bénéficiaires et de découvrir de visu les réalisations de celles-ci. En rappel, ce projet est financé par la Fondation RONCALLI à travers Carrefour International.

En substance, cette mission a découvert avec émerveillement  que les deux groupes de 15 filles/femmes ont réellement acquis des connaissances en matière de tissage de pagne, au vu de leurs premiers produits, des recettes assez consistantes et des perspectives prometteuses qu’elles ont déclinées. En témoigne les images prises lors de la mission. Les bénéficiaires effectuent la teinture des fils, procèdent à l’étalage du fil et passent au tissage proprement dit. A la suite de ce processus, les deux groupes bénéficiaires tissent des pagnes selon le motif voulu. Pour l’instant, elles ont un marché potentiel favorable et elles s’efforcent déjà à y répondre malgré la défaillance de leurs  métiers à tisser et en nombre limité.

Aussi, nous pouvons affirmer avec satisfaction que les filles/femmes bénéficiaires se montrent épanouies grâce à cette activité qui les occupe et qui pourra leur procurer dans l’avenir, un revenu moyen mensuel allant de trente mille (30000) à cinquante mille (50000) francs CFA .

La mission s’est en effet achevé sur une note de satisfaction générale et le partenaire n’a pas manqué de féliciter ADEP, tout en recommandant de poursuivre le processus d’affiliation des groupements à une institution de micro-finance.

PROJET « Actions citoyennes pour la redevabilité et le genre 17-2019 au Burkina Faso » : RENCONTRE DU GROUPE DE PLAIDOYER

Dans l’après-midi du jeudi 15 février 2018, le groupe de plaidoyer, fort d’une quinzaine d’organisations de la société civile burkinabé, mise place sur l’initiative de l’Association D’appui et d’Eveil Pugsada (ADEP), s’est réuni à son siège. Cette rencontre avait pour objectif de déterminer deux problématiques majeures à même de susciter un plaidoyer.

Les réflexions très enrichissant ont permis de retenir les deux priorités suivantes :

  • Corriger les insuffisances de la loi par rapport aux questions de la discrimination et des  violences faites aux femmes et aux filles ;
  • Amener le gouvernement à accélérer  la relecture de la loi sur le quota.

Avant de se séparer, au environ de dix sept heures, les membres du groupe de plaidoyer ont arrêté  la  date du 20 au 24 mars 2018 pour bénéficier d’un renforcement de capacité en  genre et redevabilité (suivi des politiques publiques, plaidoyer et interpellation citoyenne) et la date du jeudi 1er  mars 2018  pour la prochaine rencontre qui permettra au groupe de plaidoyer de peaufiner les thèmes de plaidoyer et en définir les objectifs.

 

Une formation en tissage de pagne prometteuse

Le jeudi 25 janvier 2018, soit une semaine après la mise à disposition du matériel de formation au bénéfice des filles/femmes du groupement de Koudougou, une équipe de l’Association D’appui et d’Eveil Pugsada (ADEP) a effectué une sortie de suivi de l’activité d’autonomisation économique. Le but de ce suivi a été de s’assurer du bon déroulement de la formation et de l’assiduité des apprenantes aux séances de travaux. Cela a également été l’opportunité de répondre aux questions et aux besoins exprimés par ces dernières.

L’équipe a pu constater un grand engouement de la part des apprenantes car toutes étaient présentes à leur arrivée sur le site de la formation à 9heures. A tour de rôle, elles se remplacent sur le siège de la machine à tisser pour démonter ce qu’elles ont appris. La formatrice suit attentivement l’application de chacune des apprenantes pour s’assurer qu’elles ont retenu ce qu’elle leur a appris et surtout qu’elles pratiquent les bonnes méthodes, les techniques et les tactiques pour tisser des pagnes de qualité. Elle corrige au fur et à mesure celles qui ne tiennent pas bien la « navette », ou qui la passent mal entre les fils. Elle met l’accent sur l’utilisation adéquate des pédales qui est fondamentale ; une mauvaise manœuvre pouvant endommager les fils rangés avec beaucoup de soins. Les apprenantes sont ravies de pouvoir manipuler la machine à tisser manuelle.

 

Avant la formation, une seule parmi les seize (16) apprenantes savait tisser les pagnes. Toutefois, aucune des participantes ne savaient réaliser la teinture des fils. Les techniques de teinture des fils et de mélange des couleurs furent d’ailleurs leur premier apprentissage. Aujourd’hui, à partir du fil blanc de coton, ces filles/femmes sont en mesure de sortir un produit fini prêt à être utilisé, qu’est le pagne tissé ou pagne « Faso dan fani ». Au-delà des connaissances acquises, il faut surtout retenir que cette formation leur a permis de se développer et de s’épanouir autant au niveau personnel que professionnel. Déjà, l’équipe de l’ADEP a constaté qu’elles ont développé à travers leurs nouvelles activités économiques, une plus grande confiance en leur capacité de pouvoir contribuer à subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles. Face à ces débuts prometteurs, nous sommes impatients dans les prochains mois de vous partager les changements qui seront opérés dans la vie de ces femmes et de ces filles.

MISE EN ŒUVRE DU MICRO-PROJET D’AUTONOMISATION ECONOMIQUE

Les activités du micro projet « d’appui à l’autonomisation économique des jeunes filles/femmes des groupements de Kokologho et Koudougou » financé par la Fondation Roncalli, en partenariat avec Carrefour International ont pu démarrer en décembre 2017. Au cours de ce mois, l’équipe du projet a pris contact avec les prestataires ciblés soit pour la confection de matériel, soit pour l’achat de produits. Ainsi, la machine à tisser a été confectionnée et réceptionnée dans le mois de décembre. Les vendeurs des produits de teinture, tissage et récipients en plastique ont procédé aussi à la livraison de leurs marchandises.

Une sortie terrain a été effectuée le 8 décembre 2017 dans les deux (2) localités du projet en collaboration avec le représentant de Carrefour International au Burkina Faso, M. Rufin TOE. Cette sortie s’est bien déroulée et elle a permis à celui-ci  de connaître les groupes cibles du micro projet et d’échanger avec elles sur leurs conditions de vie, leurs préoccupations et leurs attentes vis-à-vis du projet.

Le 18 janvier 2018, l’équipe du projet a effectué une mission de transport du matériel de formation au profit des filles/femmes du groupement de Koudougou. A cette occasion, le service de la Direction Provinciale de la Femme, la Solidarité Nationale et la famille du Quartier Dapoya de Koudougou a reçu notre équipe en présence des filles/femmes bénéficiaires. Après échange avec notre répondante de ce service, nous avons rejoint notre groupe cible afin de leur remettre le matériel de formation. Il faut noter que le désire d’apprendre le métier de tissage est grand chez les filles/femmes de la commune au point que nous avons trouvé 17 personnes au lieu de 15 comme prévu. Le groupe cible a décidé que toutes les personnes présentes devaient être retenues pour la formation. Malheureusement, l’une d’entre elle a exprimé qu’il lui serait difficile d’être assidue aux séances de formation en raison de ses obligations familiales. Dès que le matériel a été déchargé, une séance de fixation des fils à tisser a été réalisée.

A la suite de ces premières activités réalisées avec succès, l’Association D’appui et d’Eveil Pugsada est heureuse de constater que le projet a été accueilli avec enthousiasme par les bénéficiaires. Celles-ci considérant que leur participation leurs ouvre les portes d’une plus grande autonomisation économique et sociale.

Séance d’animation sur la sécurité routière

Dans le cadre de ses activités de sensibilisation, l’Association D’appui et d’Éveil Pugsada s’est rendu le jeudi 1er février 2018 au Lycée Marien N’Gouabi pour réaliser une animation sur la sécurité routière au profit des élèves. Cette activité s’inscrit dans le cadre d’une série d’animations qui se poursuivra prochainement aux Lycées Vénégré et Du Réveil à travers la mise en œuvre de son projet d’«Autonomisation des jeunes filles des banlieues de Ouagadougou et de Dakar : un réseau de partenaire mobilisés pour une intervention sociale participative », financé par le Ministère des Relations Internationales et de la Francophonie du Québec avec l’appui technique du Centre de Solidarité International du Canada.

À travers l’un des volets du projet, l’Association  D’appui et d’Éveil Pugsada en collaboration avec l’Office National de la Sécurité Routière (ONASER) se propose de sensibiliser les élèves et la communauté sur la notion de civisme.

Lors de l’animation, les élèves ont beaucoup appris sur la sécurité routière. Plus spécifiquement, ils ont acquis une meilleure connaissance des panneaux de signalisation les plus fréquents en circulation ainsi que reçu des conseils pour une bonne conduite sur la route.

 

 

 

 

Lutte contre les grossesses précoces/non désirées en milieu scolaire

Dans le cadre de la lutte contre les grossesses précoces/non désirées en milieu scolaire, l’Association D’appui et d’Eveil Pugsada s’est rendu le 16 novembre 2017 à Ziniaré  pour réaliser un ciné-débat sur les méfaits des grossesses précoces et non désirées au profit des élèves du collège d’enseignement général de Nabitenga. Cette activité s’inscrit dans le cadre du projet de lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes par la responsabilisation des hommes dans les localités de Ziniaré, Zitenga et Nagréongo financé par l’ International Association for Maternal and Neo Natal Health (IAMANEH Suisse).

À travers ce projet, l’Association D’appui et d’Éveil Pugsada se propose de contribuer à la réduction des grossesses précoces et non désirées des filles et de les accompagner à une vie sociale plus épanouie d’ici à 2018.

Lors de ce ciné-débat, les filles et les garçons ont accordé une attention particulière aux messages livrés. Les différentes réactions ont donné lieu à plusieurs échanges qui ont permis aux jeunes de comprendre les causes sous-jacentes de la problématique des grossesses en milieu scolaire et les conséquences négatives de celles-ci pour leur avenir. Un rappel sur l’importance de l’utilisation des méthodes contraceptives a d’ailleurs été fait par l’équipe d’animation du ciné-débat.

Cette activité marque la troisième d’une série de 15 ciné-débats prévue dans les localités de Ziniaré, Zitenga, et Nagreongo. Nous vous invitons à nous suivre sur notre page Facebook « Association d’Appui et d’Éveil Pugsada » pour en savoir davantage sur les activités menées par l’Association dans le cadre de ses projets.

Autonomisation économique des femmes à Nagréongo

Dans le cadre de l’autonomisation économique des femmes, l’Association Pugsada s’est rendue  à Nagréongo-Centre le 27 septembre 2017 pour faire le  suivi de l’activité de fabrication de savon.

Au cours des mois de mai et juin, les femmes de Nagréongo ont bénéficié d’une formation afin de développer des activités génératrices de revenus, en vue de leur autonomisation. Cette activité est réalisée dans le cadre de la mise en œuvre du projet de lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes par la responsabilisation des hommes dans les localités de Ziniaré, Zitenga et Nagréongo financé par IAMANEH Suisse.

Objectif du projet

À travers ce projet, l’Association D’appui et d’Éveil Pugsada se propose de contribuer à la réduction des violences faites aux filles et aux femmes par la responsabilisation des hommes, afin de promouvoir les droits des jeunes filles et l’accompagnement de celles-ci à une vie sociale plus épanouie d’ici à 2018.

A cet effet, à son objectif 3, le projet vise à contribuer à la prise en charge psychosociale des filles. En collaboration avec son partenaire, l’Association accompagne ces dernières à développer des actions d’Activités Génératrices de Revenus. Quarante-cinq (45) filles/femmes, d’un âge compris entre 25 et 33 ans, ont été identifiées par le projet, dans les trois communes de la zone d’intervention. Ces filles sont pour la plupart vulnérables et vivent des situations difficiles. Pour aider ces dernières à sortir de leur situation de vulnérabilité, ces femmes ont bénéficié d’un renforcement de leurs capacités techniques et financières. Elles apprennent à fabriquer le savon de type « kabakourou ».

Fabrication de savon (Nagréongo, 27 septembre 2017)

 

Lancement du projet de redevabilité

Le 16 juin s’est tenu à Dassa, le lancement du projet d’actions citoyennes pour la redevabilité et le genre 2017-2019 financé par l’ONG suédoise Diakonia et mis en œuvre par l’Association D’appui et d’Éveil Pugsada. Ce projet s’inscrit dans le Programme Présimètre , un plate-forme de veille citoyenne qui implique treize (13) organisations de la Société Civile burkinabè.

En tant que partenaire, nous avons le devoir de porter un regard genre sur la mise en œuvre du programme électoral du candidat devenu président et du Plan National de Développement Économique et Social (PNDES). L’objectif spécifique de notre projet est de « Promouvoir auprès des communautés le suivi citoyen des engagements du président du Faso en matière de prise en compte du genre, à l’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement par la responsabilisation des hommes. » La zone d’intervention définie inclus les communes de Dassa, Sabou et Kongoussi ainsi que trois (3) villages rattachés à ces communes : Farba, Nabadogo et Mogodin. Bientôt une série de formations au profit des communautés de ces différentes localités seront déroulées pour renforcer leurs capacités en suivi citoyen. Quant aux autorités locales, elles seront renforcées en redevabilité afin de rendre compte aux communautés, de leur gestion des ressources mises à disposition par le gouvernement.

Pour suivre de près les activités du projet joignez-vous à notre groupe

Back To Top