PROJET DANIDA : LES AUTORITES LOCALES DU SOUROU ET DE LA KOSSI S’ENGAGE DANS LA LUTTE CONTRE LE MARIAGE D’ENFANTS

 

Le projet de renforcement de la société civile pour l’abandon du Mariage d’enfants, « Projet DANIDA » est un projet financé par le Danemark et mis en œuvre par un consortium d’ONG (ADEP, Voix de Femmes, SOS/JD, URCB) sous la houlette de Save the Children. Débuté en Janvier 2018, le Projet DANIDA ambitionne réduire le phénomène du Mariage d’enfants dans la boucle du Mouhoun d’ici à Décembre 2021.

Dans ce cadre, l’Association D’appui et d’Eveil Pugsada, organisation chef de file du consortium, accompagnée de SOS/JD et URCB, a effectué une visite de courtoisie aux autorités administratives et locales de la province du Sourou et de la Kossi, localités dans lesquelles elles interviennent. L’objectif de cette visite était de présenter le projet aux autorités et de solliciter leur accompagnement pour faciliter sa mise en œuvre.

10 jours durant, du 17 au 26 Juin 2018, l’équipe composée des trois superviseurs et des animateurs, a parcouru quatre communes par province soit huit communes au total.

Dans chaque province, l’équipe a rendu visite au Haut-commissaire, au  Directeur Provincial de la Femme, de la Solidarité Nationale et de la Femme (DPFSNF), au Directeur Provincial de l’Education Préscolaire, Primaire du Non Formel (DPEPPNF) et au commissaire de police. A l’échelle communale, l’équipe a rencontré le maire, le préfet et des personnes de ressources qui pourraient faciliter l’intervention du projet.

A tous les niveaux, les autorités ont manifesté beaucoup d’enthousiasme. Ils ont d’ailleurs tous reconnu que le sujet est d’actualité dans leurs localités et n’ont pas manqué de donner des exemples : « la semaine passée, nous avons été informé de l’enlèvement d’une jeune fille de 16 ans.  Quand je suis allé investiguer personne ne s’est prononcé sur le sujet. En fait, c’est la pratique du rapt  qui est fréquente et les familles sont consentantes….quand une fille est enlevée personne ne réagit, c’est après l’avoir mise en grossesse que ceux qui l’ont enlevée la ramène et très souvent elle demeure leur femme….».

Dans la province du Sourou, l’histoire que nous a rencontré ce préfet est encore accablante et montre l’importance du projet dans la localité : «C’est un phénomène qui est très fréquent ici. Bien souvent c’est la jeune fille même qui décide d’aller vivre avec un homme souvent sans même le consentement de ses parents…..». Une personne ressource que nous avons rencontrée dans la commune de Di a témoigné qu’il a sa nièce de 16 ans qui a refusé l’école pour vivre avec un jeune homme. Malgré les interventions des uns et des autres pour l’en empêcher, elle a rejoint l’homme.

Les autorités locales des deux provinces, conscientes de l’existence du phénomène,  ont promis ne ménager aucun effort pour  faciliter la mise en œuvre du projet dans leur localité.

De la remise des motos aux animateurs terrains

En marge de la prise de contact avec les autorités locales, les deux animateurs de l’ADEP ont reçu chacun une moto pour les activités terrain. La passation de la moto a eu lieu en présence des responsables des deux structures locales partenaires de l’ADEP (Dembagnouma Tougan et ATUJB Nouna) dans le cadre de la mise en œuvre du projet.

Du renforcement des capacités des animateurs

Au cours de cette mission également, les animateurs de l’ADEP ont reçu une formation en technique d’animation. De la documentation leur a été donné pour continuer à approfondir leurs connaissances. Par ailleurs, un rappel sur les objectifs, les stratégies et les activités du projet DANIDA, les modalités de sa mise en œuvre a été fait au cours de la formation.

A la fin de la formation théorique, ils ont fait des simulations pour une meilleure assimilation des fiches de rapportage.

GESTION HYGIÉNIQUE DES MENSTRUES EN MILIEU SCOLAIRE

LANCEMENT DU PROJET « GESTION HYGIÉNIQUE DES MENSTRUES EN MILIEU SCOLAIRE DANS LA COMMUNE DE ZINIARÉ »
Le Jeudi 26 avril 2018 dans la salle de réunion de la Mairie de Ziniaré l’Association D’appui et d’Eveil Pugsada (ADEP) a procédé au lancement du projet Hygiène des menstrues en milieu scolaire dans la commune de Ziniaré, en présence des responsables de l’Education, des CSPS, des APE/AME, des conseillers communaux et des leaders communautaires..
Cette cérémonie a été présidée par le Maire de la commune de Ziniaré Monsieur Pascal COMPAORE en présence de la représentante du PTF en la personne de Madame Maya HURLIMAN Chargée du programme Burkina-Sénégal de IAMANEH SUISSE, de la représentante pays de IAMANEH Suisse, Madame Bibiane YODA et du coordonnateur de l’ADEP Monsieur DAN-KOMA Ibrahim ainsi que la chargée du projet, Mme SANOGO Kadisso.
A Travers ce projet, l’ADEP veut Contribuer à l’amélioration de la Santé sexuelle des adolescents/tes et jeunes de la commune grâce à la promotion de bonnes pratiques et de comportements favorables à une bonne hygiène menstruelle (SSR/GM).
Ce projet financé par International Association for Maternel and Néonatal Health (IAMANEH) /Suisse, une ONG Suisse, cible 6 écoles de la localité et le monde communautaire qui bénéficieront d’activités d’IEC/CCC, des formations et d’aménagements de dispositifs d’hygiène et assainissement.
L’atelier a été ponctué par plusieurs allocutions dont celles du Maire de Ziniaré, du coordonnateur de l’ADEP et de la Chargée du programme Burkina-Sénégal et trois présentations notamment :
– La présentation du projet
– La présentation et validations des engagements des parties prenantes recensées lors de l’atelier d’appropriation dudit projet ;
– Et le planning des activités du projet.
D’une durée de trois ans cette phase pilote s’étale de mars 2018 à Février 2021.
L’atelier s’est terminé sur une note d’espoir avec des acteurs mobilisés et engagés autour de l’ADEP pour le plein succès de l’initiative.

Atelier de lancement du proet
Atelier de lancement du projet

Autonomisation économique des femmes à Nagréongo

Dans le cadre de l’autonomisation économique des femmes, l’Association Pugsada s’est rendue  à Nagréongo-Centre le 27 septembre 2017 pour faire le  suivi de l’activité de fabrication de savon.

Au cours des mois de mai et juin, les femmes de Nagréongo ont bénéficié d’une formation afin de développer des activités génératrices de revenus, en vue de leur autonomisation. Cette activité est réalisée dans le cadre de la mise en œuvre du projet de lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes par la responsabilisation des hommes dans les localités de Ziniaré, Zitenga et Nagréongo financé par IAMANEH Suisse.

Objectif du projet

À travers ce projet, l’Association D’appui et d’Éveil Pugsada se propose de contribuer à la réduction des violences faites aux filles et aux femmes par la responsabilisation des hommes, afin de promouvoir les droits des jeunes filles et l’accompagnement de celles-ci à une vie sociale plus épanouie d’ici à 2018.

A cet effet, à son objectif 3, le projet vise à contribuer à la prise en charge psychosociale des filles. En collaboration avec son partenaire, l’Association accompagne ces dernières à développer des actions d’Activités Génératrices de Revenus. Quarante-cinq (45) filles/femmes, d’un âge compris entre 25 et 33 ans, ont été identifiées par le projet, dans les trois communes de la zone d’intervention. Ces filles sont pour la plupart vulnérables et vivent des situations difficiles. Pour aider ces dernières à sortir de leur situation de vulnérabilité, ces femmes ont bénéficié d’un renforcement de leurs capacités techniques et financières. Elles apprennent à fabriquer le savon de type « kabakourou ».

Fabrication de savon (Nagréongo, 27 septembre 2017)

 

Back To Top